среда, 26 января 2011 г.

INITIATIVES

Iana Kobeleva : Bien faire, laisser découvrir.

André Derain Portrait de Jean-Louis Barrault
Galerie Aktis Gallery, Londres

Iana Kobeleva, galeriste et historienne de l’art, n’est pas une débutante dans le milieu artistique européen. Cela fait plus de 15 ans qu’elle œuvre en tant que professionnelle et passionnée de l’art russe du début du XXème siècle, un sujet  qu’elle  maîtrise et pas uniquement grâce à ses origines moscovites. Cette femme d’envergure surprend par son expertise picturale et sa connaissance du détail.

Galerie hors du commun
En avril 2010 elle lance son nouveau projet de galerie à Londres. Sa quête est ambitieuse : réunir dans la capitale britannique les œuvres insolites représentant les artistes issus du monde de l’émigration russe du début du XXème siècle et des années 60-70. Dans le milieu de l’art londonien il n’existait, jusqu’à l’apparition de Aktis Gallery, aucun lieu artistique dédié à cette période peu connue et longtemps occultée.
« L’art russe « hors de Russie » se révèle  bien plus varié et complexe que l’on ne le pense »,-précise Mme Kobeleva. Il s’agit d’une période passionnante qui touche surtout à la ville de Paris car c’est là que la vie artistique des années 20 et 30 bouillonnait dans un mélange d’idées et d'expression venant de tous les horizons», - ajoute-t-elle.
Pour de nombreux artistes russes Paris devient la deuxième terre natale et lieu unique d’expression libre. Tantôt tournés vers l’art figuratif, tantôt vers l’abstrait, les peintres comme Chagall, Marie Vassilief, Chaim Soutine s’échangeaient les techniques et sources d’inspiration avant de mettre au point leur propre style , inimitable et témoin de leur temps.
Fluorescence russe 
"Les groupements et associations se multipliaient, les artistes se confrontaient et discutaient, formaient des cercles et lieux de réflexion, - commente Mme Kobeleva. Il était difficile de trouver un lieu artistique parisien il n’y avait pas de Russes : Montmartre, quartier du Montparnasse, et autres lieux de rencontres transpiraient la création et le mouvement d’idées".
La ville de Londres que la galeriste juge comme 'très prometteuse et doté d’un public extrêmement curieux et enthousiaste" n’a pas été choisi par hasard car représente un centre d’affaires de plus en plus important dans le domaine de l’art.
Iana Kobeleva, va-t-elle réussir à recréer ce monde fusionnant grâce à sa galerie ?
'Ma quête est certainement audacieuse mais j’aimerais faire de la galerie que je gère avec ma collègue Anna Chalova un vrai lieu d’échange d’idées autour de l’art non-conformiste russe. Plusieurs tables rondes y sont déjà organisées et de nombreux projets y verront bientôt le jour afin de mieux faire connaître l’œuvre de ces artistes russes. Après tout ces artistes  complètent tellement harmonieusement  le patrimoine artistique européen ! » - confie Mme Kobeleva.

Le stand de la galerie Aktis gallery est à visiter absolument dans le cadre de la foire des Antiquaires BRAFA avant le 31 janvier 2011 !

Комментариев нет:

Отправить комментарий